Skip to content

moche

Mon but c’est pas alimenter les discussions philos, les copainEs. Mon but c’est pas boire l’apéro et écouter les complaintes en compatissant. Mon but c’est pas vous voir un fois tous les 6 mois au mieux pour répéter à quel point c’est la merde. Mon but c’est cerner les limites qu’on se pose, mon but c’est les repousser, mon but c’est voir si on trouve dans le lien la force pour envisager de lever son gros cul dépressif et faire, passé les observations. Tirer les conclusions, enfin.

On peut pas tourner comme ça éternellement autour des constats qui vont empirant, je suis une pile, une batterie complètement rechargée, une bombe à retardement et l’agacement me gagne quand je sers de seau à merde pour des conneries, proprement des conneries. Secouez vous, putain, mais secouez vous, c’est pas dans le ressassement qu’on trouve la force et je compte pas non plus chialer des rivières sur nos sorts d’autant qu’ils sont pas les pires et que très franchement moi ça va, du moins ça va quand j’ai pas à écouter la jérémiade infinie et que je trouve dans l’insulte une raison de plus d’insister à être aussi détraquée, haïssable, tarée, vulgaire, exultante et morte de rire.

Sois punk, merde, sois fieRE d’être moche, perrave, insortable, sois contentE de foutre la honte à qui tu dis ses 4 vérités dans ton propre langage, sois putain de contentE quand on prend une mine dégoutée devant ton allure et tes façons d’être, sois putain de contentE quand on te renvoie la gêne et le dégoût de ce que tu es : tu es ce que la société craint, le cul dans le velours patriarcal et de réussite y’a pas plus grand compliment.

T’es moche, t’es inutile, t’es idiotE, t’es un déchet, t’es punk à chien, t’es crevardE, t’es parasite, t’es  une pauvre merde, et sois-en fieRE face à qui voudrait que tu chiales de l’insulte, ris en franchement et trouve là l’énergie qui te manque.